Essai : Ducati Hypermotard 820 : énergique


Vous aimez?

0 0

Sept ans après le lancement de la première Hypermotard, la marque de Borgo Panigale présente une version plus récente du modèle. Tout est nouveau sur cette « funbike ». Celle qui a fait des émules lors de sa présentation au salon EICMA promet des sensations fortes.

Moteur et électronique

Essai : Ducati Hypermotard 820

L’ensemble d’échappement est tout nouveau. Il comprend un collecteur de 50 mm et un terminal unique, qui remplace le double échappement situé sous la selle, caractéristique du modèle précédent. Avec un alésage x course de 88 x 67,5 mm, le bicylindre desmodromique de la Ducati Hypermotard 2013 déclare une puissance maximale de 110 CV à 9250 tr/min et un couple maximal de 9,1 kmg à 7750 tours. Ce moteur a déjà prouvé sa fiabilité. Il nécessite un entretien tous les 30 000 km. Le changement a été équipé d’un nouvel embrayage de type APTC multi disque dans l’huile, avec anti-rebond. Ce moteur neuf est évidemment accompagné d’un nouveau pack électronique. La Ducati Hypermotard 2013 est équipée du système DSP (Ducati Safety Pack) qui comprend la gestion électronique du moteur « full ride by wire », le contrôle de l’ABS, trois cartographies différentes et le DTC (Ducati Traction Control), configurable sur huit niveaux d’intervention. Tout cela est coordonné par trois « riding modes », qui peuvent être sélectionnés même avec la moto en marche.

Les deux premiers modes, Sport et Touring, fournissent une puissance pleine mais avec un répondant du moteur différent : plus tranquille pour le Touring, plus direct et agressif pour le Sport.

Le troisième, le mode Urbain, réduit la puissance à 75 CV et garantit une remise de puissance extrêmement douce et un répondant homogène et électrique de l’accélérateur. Il est pensé pour des conditions avec peu d’adhérence et une utilisation dans le trafic urbain.

Sur l’Hypermotard SP, ces trois programmes sont adaptés à une utilisation sportive : Race, Sport et Wet.

Partie cycle

Essai : Ducati Hypermotard 820

Le nouveau moteur est logé dans un cadre classique multi tubulaire en tube d’acier de 34 mm, entièrement redessiné pour la nouvelle Ducati Hypermotard 2013. Le réglage et la configuration des suspensions marquent la différence entre la version standard et la version SP. La première est équipée d’une fourche Kayaba de 43 mm, non réglable. Elle est accompagnée d’un mono amortisseur Sachs réglable en précharge et en extension. La version plus sportive dispose d’une fourche Marzocchi de 50 mm entièrement réglable et fabriquée en aluminium anodisé pour réduire le poids. Le mono arrière est un Ohlins avec réservoir intégré.

Les jantes sont en aluminium ; elles comptent 10 rayons pour la version standard et des Marchesini en aluminium forgé pour la SP.

L’ensemble de freins comprend un ABS dernière génération basé sur la centrale Bosh 9MP, programmable sur 3 niveaux d’intervention et intégré à son tour au système DSP. Les étriers et pompes sont des Brembo.

Sur le train avant, on trouve un nouvel étrier radial à 4 pistons mordant deux disques de 320 mm et sur l’arrière, un disque de 245 mm. Les étriers avant sont actionnés par une pompe axiale sur l’Hypermotard et une pompe radiale sur la SP.

Agilité et divertissement

Essai : Ducati Hypermotard 820

L’ergonomie de la moto a été entièrement revue. Malgré tout, la position de conduite est semblable à celle du modèle précédent. La selle, au revêtement très adhérent, oblige une position très avancée et exigeante pour le conducteur, car non naturelle. Cette position particulière force le conducteur à conduire l’Hypermotard davantage comme une off-road, une véritable supermotard, que comme une naked sport.

La Ducati Hypermotard 2013 est agile et elle se redresse rapidement dans les inclinaisons, elle change de direction en un instant et épouse bien les irrégularités de l’asphalte.

La sécurité du contrôle de traction et de l’ABS permet une conduite facile et tranquille,  même sur l’asphalte en mauvais état et avec peu d’adhérence. Le freinage est très puissant. C’est un freinage clairement supersportif,

Le Testastretta 11° s’est amélioré sur tous les aspects par rapport au vieux moteur à 4 soupapes refroidi par air : il est plus fluide, plus doux, plus homogène, il pousse efficacement sur tout le rang de puissance.

Conclusions

Essai : Ducati Hypermotard 820

Malgré toutes ces nouveautés, la Ducati Hypermotard 2013 reste fidèle à elle-même.

Les techniciens de Borgo-Panigale ont cherché à l’adapter à un public plus général et à la rendre moins extrême. L’ajout des aides électroniques, comme le Riding Mode qui permet de changer totalement le caractère de la moto en appuyant simplement sur un bouton, a contribué à rendre cette moto plus docile. Elle reste néanmoins une sportive très particulière.

 

Commentaires

Sé el primero en comentar

Añadir un comentario

  • *Non publié dans votre commentaire
    • Introduire texte
    Générer une nouvelle image